bouteille


bouteille

bouteille [ butɛj ] n. f.
• 1230; bas lat. butticula, de buttis « tonneau »
1Récipient à goulot étroit, souvent en verre, destiné à contenir du vin ou d'autres liquides. Une bouteille de vin, d'huile, d'encre, de parfum. Le bouchon, le col, le collet, le goulot, le ventre, la panse, l'étiquette, le cul, le fond d'une bouteille. Tesson de bouteille. Petite bouteille. fiole, flacon; fam. 2. fillette, topette. Bouteille d'un litre. 2. litre. Grande bouteille. magnum. Bouteille de bière. 2. canette. Fam. Bière bouteille (opposé à bière pression). Grosses bouteilles enveloppées de paille ou d'osier. bonbonne, dame-jeanne, fiasque, tourie. Une bouteille en plastique. Panier, casier à bouteilles. porte-bouteilles. Bouteille consignée. Mettre du vin en bouteilles. embouteiller. Déboucher une bouteille avec un tire-bouchon. Bouteille vide. fam. cadavre. Boire à la bouteille. Loc. fam. Prendre de la bouteille : acquérir de l'expérience en vieillissant; vieillir. C'est la bouteille à l'encre, un problème insoluble, une situation embrouillée, obscure. Lancer, jeter une bouteille à la mer : envoyer un message désespéré, sans destinataire certain. Avec des si, on mettrait Paris en bouteille. 1. si. Par appos. Vert bouteille : vert assez sombre.
♢ (Opposé à litre) Récipient contenant à peu près 75 cl. Bouteille de bourgogne (bourguignonne), de bordeaux (bordelaise), de champagne. Commander un vin en bouteille (opposé à en pichet, en carafe).
Son contenu. Boire une bouteille de rouge. Une bonne bouteille. Loc. fam. Aimer la bouteille : s'adonner à la boisson. La dive bouteille.
2Par ext. Récipient métallique destiné à contenir un gaz sous pression, de l'air liquide. Bouteille d'air comprimé, d'oxygène, de butane. Bouteille isolante, thermos. (1752) Bouteille de Leyde : condensateur électrique.
3Au plur. Mar. Water-closets des officiers.

bouteille nom féminin (bas latin buticula, de buttis, tonneau) Récipient allongé à goulot étroit, en verre, en plastique, en métal ou en terre destiné aux liquides, notamment aux boissons ; son contenu. Bouteille de vin, d'alcool : Sortir une bonne bouteille. Bouteille de vin d'appellation contrôlée, d'une contenance égale ou voisine de 73 cl. Pêche Synonyme de carafe. ● bouteille (citations) nom féminin (bas latin buticula, de buttis, tonneau) Alfred, comte de Vigny Loches 1797-Paris 1863 Un livre est une bouteille jetée en pleine mer sur laquelle il faut coller cette étiquette : attrape qui peut. Journal d'un poètebouteille (difficultés) nom féminin (bas latin buticula, de buttis, tonneau) Orthographe On écrit mettre du vin en bouteilles (bouteilles, au pluriel) mais servir du vin en bouteille (bouteille au singulier). ● bouteille (expressions) nom féminin (bas latin buticula, de buttis, tonneau) Familier. Aimer, caresser la bouteille, s'adonner à la boisson. Familier. Avoir, prendre de la bouteille, acquérir des qualités par le vieillissement, en parlant du vin ; avoir, prendre de l'expérience en vieillissant dans un métier. Lancer, jeter une bouteille à la mer, envoyer un message de détresse. Bouteille à gaz, récipient métallique mobile, destiné à l'emmagasinage et au transport des gaz comprimés, liquéfiés ou dissous. Bouteille accumulatrice, réservoir situé à la sortie du condenseur et servant de réserve pour le frigorigène liquéfié avant détente. Bouteille thermo-isolante ou isolante, bouteille isolée thermiquement qui permet de garder un liquide à sa température. ● bouteille (synonymes) nom féminin (bas latin buticula, de buttis, tonneau)
Synonymes :
- Pêche. carafe ● bouteille adjectif invariable Vert bouteille, vert foncé. ● bouteille (expressions) adjectif invariable Vert bouteille, vert foncé.

bouteille
n. f.
d1./d Récipient à col étroit et à goulot destiné à contenir des liquides. Bouteille de verre. Mettre du vin en bouteilles.
Son contenu. Boire une bouteille de bière. Une bonne bouteille: une bouteille de bon vin.
|| Aimer la bouteille: aimer le vin, la boisson.
|| Vin qui a de la bouteille, qui s'est amélioré en vieillissant.
Fig., Fam. Prendre de la bouteille: vieillir.
|| Fig. La bouteille à l'encre.
d2./d Récipient métallique pour gaz liquéfiés. Bouteille de butane.

⇒BOUTEILLE, subst. fém.
I.— Récipient pour un liquide destiné à la consommation, à un usage familier.
A.— Récipient de contenu variable, le plus souvent en verre (plus récemment en matière plastique), à large ventre, généralement à goulot long et étroit, destiné à contenir des liquides. Une bouteille de vin, d'eau-de-vie, d'encre :
1. Il passa lentement près des petits fûts cerclés de fer, rangés sur de grosses poutres le long des murs; et, les contemplant, il se disait : « Ce Gleiszeller est de huit ans, c'est moi-même qui l'ai acheté à la côte; maintenant il doit avoir assez déposé, il est temps de le mettre en bouteilles. »
ERCKMANN-CHATRIAN, L'Ami Fritz, 1864, p. 16.
Spéc. Bouteille de gros verre, généralement noirâtre, contenant le vin. Placer sur la table les carafes et les bouteilles (DG).
Paradigmes, syntagmes et expr. (se rapportant princ. à la bouteille utilisée pour la boisson)
1. PARAD. Burette, cadavre (bouteille vide), canette, carafe, carafon, chopine, dame-jeanne, fiasque, fillette (pop.), fiole, flacon, gourde, impériale, jeroboam, litre, magnum, pinte, quart, siphon.
2. SYNT. a) Nominaux. [P. réf. à la matière constituante] Bouteille de (en) verre, terre, cuir bouilli, grès, métal; bouteille isolante, isotherme, thermos; du verre à bouteille. [P. réf. à la contenance] Du vin à cinq francs la bouteille; une demi bouteille. [P. réf. à la forme] Bouteille carrée, épaulée, ogive, ovoïde, plate, ronde; bouteille clissée. [P. réf. à ses divers part.] L'anneau, le bouchon, le col, le cou, le cul, le fond, le goulot, le ventre d'une bouteille; débris, tesson de bouteille. [P. réf. à l'orig. ou au contenu] Bouteille angevine, bordelaise, bourguignonne, champenoise, mâconnaise, Saint-Galmier; bouteille de bière; bouteille à liqueur, à encre. SYNT. b) Verbaux. Coiffer, décoiffer, remplir une bouteille; laver, rincer, égoutter une bouteille; boucher, cacheter, étiqueter, envelopper, coucher une bouteille; mettre, tirer une pièce de vin en bouteilles; boire à la bouteille.
3. Expr. et loc. diverses
a) Expr. nominales
Un mur hérissé de tessons, de culs de bouteilles. Des carreaux en culs de bouteilles (dans les anciennes maisons).
Un bateau dans une bouteille (cf. CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 28).
Couleur vert(-)bouteille. Un habit, un pardessus, une redingote vert bouteille.
Spéc. Un vide-bouteille, une maison de bouteille. Petit pied à terre à la campagne où l'on peut prendre un verre avec ses amis. Le vide-bouteilles qu'ombrageaient des vinaigriers et d'autres arbres d'agrément (POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 136). Attesté dans les dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Lar. 19e.
b) Loc. verbales
♦ [Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] Bourdonner comme des mouches dans une bouteille (ALAIN, Propos, 1909, p. 49); tu t'agites trop, tu ressembles à un frelon dans une bouteille (BERNANOS, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1101).
♦ [P. anal. avec la forme de la bouteille, le suj. désigne une pers.] Avoir des épaules tombantes de bouteille (BARBUSSE, Le Feu, 1916, p. 49); avoir des épaules en goulot de bouteille (AYMÉ, Uranus, 1948, p. 38).
♦ [Le suj. désigne un vin ou un alcool] Prendre de la bouteille en vieillissant; avoir trois ans de bouteille. Synon. vieillir :
2. Bien des vins ne tiennent pas, quand ils ont de la bouteille, ce qu'ils promettaient quand ils étaient jeunes, tels certains enfants précoces.
ALI-BAB, Gastr. pratique, 1907, p. 131.
P. anal. et au fig. [le suj. désigne une pers., ou un aspect, qualité, etc., de la pers.] Une amitié qui compte vingt ans de bouteille :
3. Et moi qui pensais que François, dès qu'il aurait pris un peu de bouteille, pourrait me remplacer! C'est moi qui vais être forcé de tenir le temps d'une génération de plus.
DRUON, Les Grandes familles, 1948, p. 124.
B.— P. méton. Contenu de la bouteille (généralement une boisson). Une bouteille de bière. [Les dames de Sion] réservaient pour lui [l'aumônier] les meilleures bouteilles de ce vin gris dont il était si friand (BERNANOS, Un Mauvais rêve, 1948, p. 902).
SYNT. Mettre (à) rafraîchir, refroidir, chambrer une bouteille; du vin de bouteille (p. oppos. au vin courant); une bouteille de vin bouché, une bouteille millésimée; avoir déjà deux bouteilles dans le bocal, dans le nez; avoir son coup de bouteille; arroser un repas avec (d') une bouteille de vin; laisser vieillir une bouteille.
Loc. (se rapportant au vin et à son usage)
Aimer la bouteille. Aimer le vin et plus généralement s'adonner à la boisson. Avoir du goût pour la bouteille; caresser, téter la bouteille (cf. également biberonner). Il l'aimait la bouteille. C'était son faible (CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 616).
Abs. Boire (vider) une (bonne) bouteille; boire bouteille; vider une bouteille à la santé de quelqu'un :
4. Et dis-lui bien que deux vieux compagnons comme nous peuvent se serrer la main et boire une bonne bouteille ensemble avant de se quitter, sans être d'accord sur la politique.
ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, t. 1, 1870, p. 374.
Rem. S'emploie exclusivement en parlant du vin.
Payer bouteille. Payer le prix d'une bouteille de vin que l'on boit au café avec quelqu'un. Parier (une) bouteille; commander une bouteille. Je vais te prêter un écu pour aller lui payer bouteille (ERCKMANN-CHATRIAN, Le Conscrit de 1813, 1864, p. 83).
C.— Proverbes et expr. fig. fam.
1. Expr. (signifiant l'acte de boire ou de cesser de boire).
Boucher la bouteille. Manger après avoir bu pour éviter de sentir le vin ou l'alcool.
Rem. Attesté dans Ac. Compl. 1842, Lar. 19e Suppl. et Nouv. Lar. ill.
Laisser ses sens (sa raison) au fond d'une bouteille. S'enivrer.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Lar. 19e.
P. allus. littér. La dive bouteille. La Bouteille, déesse des buveurs (cf. RABELAIS, Le Cinquième livre ds Œuvres complètes, éd. Marty-Laveaux, Paris, 1873, p. 165). De petites fibrilles violettes le veinaient et témoignaient d'un culte assidu pour la dive bouteille (T. GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 316).
2. Expr. (signifiant un autre concept)
C'est de la misère en bouteille. C'est de la misère cachée sous une apparente opulence.
Rem. Bien attesté dans les dict. gén. du XIXe s. jusqu'à Lar. 20e.
♦ [Le suj. désigne une pers.] Il (elle) n'a rien vu que par le trou d'une bouteille; il a été élevé, nourri au fond d'une bouteille. Il ne connaît rien du monde ni des gens. Excusez ma pauvre sœur, elle voit le monde par le trou d'une bouteille (BALZAC, Les Petits bourgeois, 1850, p. 157).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Ac. 1798.
Être dans la bouteille. Être au courant de quelque chose :
5. ... si je lui cite quelques anecdotes relatives aux souffrances que nous endurâmes pendant le Blocus, et qu'on ne peut connaître à moins d'avoir été dans la bouteille, comme dit Sosie, ...
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 5, 1814, p. 20.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Ac. 1798.
Porter des bouteilles. Marcher lentement, avec précaution comme si l'on portait des bouteilles que l'on craindrait de casser (cf. également marcher sur des œufs).
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de BESCH. 1845.
Avec des si on mettrait Paris en bouteille.
Rem. Dans le même ordre d'idées : mettre le temps en bouteille (CLAUDEL, Le Soulier de satin, 1929, 4e journée, 5, p. 884); mettre l'univers en bouteille (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 405).
3. Loc. (ne se rapportant pas à la boisson)
♦ [En parlant d'une situation, d'un discours] C'est la bouteille à l'encre. C'est très obscur :
6. Alors vous saisissez ce qui pouvait se produire : ballotage au premier tour, la majorité radicale ébranlée, au second tour c'était le grand inconnu, à cause du scrutin de liste s'il était voté. Cette proportionnelle, une vraie bouteille à l'encre. Des gens qui auraient moins de voix que d'autres seraient élus à leur place!
ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 209.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Ac. 1835.
Lancer la (une) bouteille à la mer. Bouteille renfermant un message de détresse lancée d'un navire en perdition :
7. Et ce fut alors seulement que le capitaine apprit qu'il devait son salut à ce document passablement hiéroglyphique, que, huit jours après son naufrage, il avait enfermé dans une bouteille et confié aux caprices des flots.
VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 241.
Rem. Cf. également La Bouteille à la mer, [1854] dans VIGNY, Les Destinées, 1863, p. 185.
Au fig. :
8. 5 octobre. Continué la lecture des Lettres de Flaubert. Derniers volumes. C'est le tableau d'un homme qui coule à pic, mais lentement, c'est la vie de presque tout le monde. Ce journal est vraiment la bouteille à la mer.
GREEN, Journal, 1931, p. 61.
II.— Emplois spéc.
A.— [P. anal. de forme et de fonction]
1. Récipient métallique de forme cylindrique et allongée pouvant renfermer un gaz. Bouteille d'air comprimé, de gaz, d'oxygène. La pression d'air dans les bouteilles (SAINT-EXUPÉRY, Pilote de guerre, 1942, p. 280).
2. PÊCHE. Bouteille à poisson. Litre blanc défoncé ou autre appareil en verre muni d'un bouchon, placé dans une coulée, avec l'ouverture tournée vers l'aval, utilisé pour la pêche au petit vif (cf. également carafe à vairons).
Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et POLLET 1970.
3. PHYS. Bouteille de Leyde. Appareil construit pour la première fois en 1746 à Leyde, constituée d'un bocal de verre et d'une tige métallique, et qui, dans certaines conditions techniques, fonctionne comme condensateur électrique. Son appareil [de M. Blondlot] se compose de deux bouteilles de Leyde symétriques (...) de petite capacité (H. POINCARÉ, La Théorie de Maxwell et les oscillations hertziennes, 1899, p. 42).
Rem. 1. Attesté dans les dict. gén. du XIXe et du XXe s. depuis Ac. 1835. 2. On relève dans la lang. littér. un emploi fig. où bouteille de Leyde est synon. de détonateur. Il met de la haine ou de l'amour en bouteille de Leyde (RENARD, Journal, 1894, p. 209).
B.— [P. anal. avec la forme enflée de la bouteille]
1. MAR. Retranchement en saillie situé à la poupe des anciens vaisseaux et servant de lieux d'aisances aux officiers.
P. ext., au plur. Les lieux d'aisances. Aller aux bouteilles. Le restant de l'étage jusqu'à la proue est occupé par (...) les « bouteilles » (PESCH, Hist. de l'École navale et des institutions qui l'ont précédée, 1889, p. 309).
Rem. 1. Bien attesté dans les dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Ac. 1835. 2. Encore usité dans la mar. de guerre.
2. TECHNOL. Chaînon de la chaîne qui élève l'eau d'un puits salant.
Rem. Attesté dans Ac. Compl. 1842, Lar. 19e, LITTRÉ, GUÉRIN 1892 et Nouv. Lar. ill.
3. MÉD. VÉTÉR. Tumeur molle qui se développe dans le tissu cellulaire chez les moutons atteints de cachexie aqueuse (cf. également boule et bourse) :
9. Douve. (PLV.) Qui provoque la distomatose chez le mouton et chez le bœuf : on donne, suivant les régions, bien d'autres noms à cette affection : anémie d'été, foie pourri, bouteille ou cachexie aqueuse.
E. GARCIN, Guide vétér., 1944, p. 67.
Rem. Attesté dans les dict. gén. du XIXe et du XXe s. à partir de Ac. Compl. 1842.
C.— P. méton., VERR. Bulle d'air dans le verre ou le cristal (Lar. 20e).
P. ext., vieilli. Bulle d'air formée par un liquide qui rejaillit ou qui bouillonne. La pluie fait des bouteilles en tombant dans les flaques d'eau; les enfants font des bouteilles de savon avec un chalumeau :
10. De partout, une eau noire arrivait en sautelant, gargouillante, soulevée de bouteilles qui crevaient entre les joncs.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant. 1931, p. 233.
Rem. On relève dans la docum. le mot bouteillophone, subst, masc. désignant l'instrument de mus. formé par un ensemble de bouteilles dont chacune donne une note différente selon qu'elle est plus ou moins pleine (cf. A. SCHAEFFNER, Les Orig. des instruments de mus., 1936, p. 99 : Dans le bouteillophone de nos cirques (...) des gammes de bouteilles (...) vibrant par percussion ou par frottement).
PRONONC. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. [] mi-long dans PASSY 1914. [] mouillé pour la finale dans FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, NOD. 1844, FÉL. 1851 et LITTRÉ; yod dans LAND. 1834 et DG. LITTRÉ : ,,C'est un vice de prononciation commun dans le nord de la France de ne pas mouiller les ll et de dire bou-tèl'``. (Cf. abeille). 2. Forme graph. Ac. Compl. 1842 et Lar. 19e mentionnent encore l'anc. forme boutaille.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1160-70 botele « récipient » (BEROUL, Tristan, 3695 dans T.-L.); 2. 1601 fam. et pop. nourri dans une bouteille « élevé dans l'ignorance » (CHARRON, Sagesse, III, 14 dans HUG.); 3. 1690 mar. (FUR. : Bouteille se dit des saillies qui sont au côté du vaisseau); 4. 1835 phys. bouteille de Leyde (Ac.).
Empr. au b. lat. buticula (Misc. Tiron. p. 51, 3 dans TLL s.v., 2660, 5). Le sens de « récipient de verre » paraît s'être d'abord développé dans le Nord de la Gaule (cf. VIIIe-XIe s. dans Mittellat. W., s.v., 1630, 37 : buticula glosé flasca « bouteille entourée de vannerie »; v. aussi J. HUBSCHMID, Schläuche und Fässer dans Romania helvetica, t. 54, 1955, p. 42); le mot ayant plutôt signifié « cruche » dans le Midi, cf. cat. esp. port. botija « cruche »; bouteille « flacon de verre » a au contraire été empr. au fr. par le cat., esp. port. (REW, n° 1426). Buticula est le dimin. du b. lat. « sorte de vase (contenant des liquides ou des éléments solides) », (lui-même sans doute empr. au gr. « récipient en forme de cône tronqué »), anno 564 (Papyrus Marini, 80 dans TLL s.v., 2260, 70) largement attesté en lat. médiév. au sens de « tonneau » ou de « outre » (J. HUBSCHMID, op. cit., p. 38 et 53).
STAT. — Fréq. abs. littér. :2 884. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 088, b) 5 723; XXe s. : a) 5 569, b) 4 067.
DÉR. 1. Bouteillée, subst. fém. Contenu d'une bouteille. [Toinette] J'aime pas les gens qui sentent trop bon à coups de bouteillées [frôles à parfum] (J. DE LA VARENDE, Cœur pensif, 1957, p. 147). 1re attest. 1954 (P.-L. MENON, R. LECOTTÉ, Au Village de France, t. 2, p. 13); dér. de bouteille, suff. -ée. 2. Bouteiller, verbe intrans., technol. du verre (cf. supra II C). Se remplir de bulles d'air, se goder en cours de fabrication. Le verre bouteille. 1re attest. 1803 (BOISTE) puis dans la plupart des dict. gén. du XIXe s. et dans DUVAL 1959 et Mots rares 1965; dér. de bouteille, dés. -er.
BBG. — GRAFSTRÖM (Å.). Un Suédois traverse la Fr. au XVIIIe s. (le j. de voyage de B. Ferner). In : Acta Universitatis Stockholmiensis. 1964, pp. 5-6 [Cr. BALDINGER (K.). Z. rom. Philol. 1964, t. 80, p. 640]. — HEHN (V.). Kulturpflanzen und Haustiere in ihrem Übergang aus Asien nach Griechenland und Italien sowie in das übrige Europa hrsg. von V. Schrader. Berlin, 1902, p. 575. — LEW. 1960, p. 27. — RIGAUD (A.). Poids et mesures. Vie Lang. 1969, p. 296. — ROG. 1965, p. 71, 83, 117. — ROSENFELD (H. F.). Nd. buddel, hd. flasche « Tölpel, Dummkopf » it. fiasco «  », franz. bouteille « Fehler, Schnitzer ». Neuphilol. Mitt. 1952, t. 53, pp. 277-287; 1953, t. 54, pp. 327-356. — SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 194. — WEXLER (P. J.). Pour l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, pp. 215-216.

bouteille [butɛj] n. f.
ÉTYM. 1160, botele; du bas lat. butticula, de buttis « tonneau » (→ Botte), à rattacher, selon Guiraud, à un rad. roman boutt exprimant l'idée de renflement.
1 Récipient plus haut que large, muni d'un goulot étroit, souvent en verre, et destiné à contenir et à transporter des liquides.Spécialt. Récipient de verre destiné à contenir du vin. || Bouteille de vin, d'alcool, d'eau minérale. || Une bouteille d'eau de Javel. || Bouteille à liqueurs, pour les liqueurs. || Bouteille d'eau de seltz. Siphon. || Bouteille de bière. Canette.Une bouteille de verre. || Une bouteille de, en grès, en plastique. || Fabrication des bouteilles. 2. Bouteillerie. || Bouteille spéciale en métal, en cuir. Gourde. || Bouteille ronde, carrée, plate, clissée. || L'anneau, la bague, le col, le collet, le goulot, l'épaule, le fût, le ventre, la panse, le cul, le fond d'une bouteille. || Débris d'une bouteille. Tesson. || Contenu d'une bouteille. || Petite bouteille de verre. Fiole, flacon. || Bouteille d'un litre. Litre. || Grande bouteille de vin. Magnum. || Grandes bouteilles de champagne ayant la contenance de deux bouteilles ordinaires ( Magnum), quatre bouteilles ( Jéroboam), six ( Réhoboam), huit ( Mathusalem), douze ( Salmanazar), seize ( Balthazar), vingt bouteilles ( Nabuchodonosor). || Grosses bouteilles enveloppées de paille ou d'osier. Bonbonne, dame-jeanne, fiasque, tourie. || Enveloppe pour protéger les bouteilles. Paillon.Panier à bouteilles. || Casier à bouteilles. Porte-bouteilles. || Coucher les bouteilles dans les casiers.Laver, rincer, égoutter une bouteille. Goupillon, hérisson.En bouteille. || Mettre du vin en bouteilles. Embouteiller.Boucher une bouteille. Bouchage, boucheur; bouchon, capsule, serre-bouchon. || Bouteille étiquetée, cachetée à la cire. || Apposer une capsule-congé sur une bouteille. || Coiffer, décoiffer une bouteille. || Déboucher une bouteille avec un tire-bouchon. || Vider une bouteille. || Vider une bouteille sans la déboucher. Vide-bouteille. || Bouteille pleine; bouteille vide. Cadavre (fam.). || Boire à la bouteille. || Mettre un bateau dans une bouteille. || Bateau en bouteille. || Manuscrit trouvé dans une bouteille, nouvelle de Poe (trad. Baudelaire). — ☑ Loc. prov. Avec des si on mettrait Paris dans une bouteille.(Opposé à litre). Récipient contenant à peu près 73 cl (destiné à contenir des vins d'appellation contrôlée). || Bouteille de bourgogne (bourguignonne), de bordeaux (bordelaise), d'alsace, de champagne (champenoise). || Commander un vin en bouteille, en demi-bouteille, au restaurant (par oppos. à en pichet, en carafe). Demi-bouteille, (fam.) 2. fillette.
1 Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles (…)
Baudelaire, les Fleurs du mal, CIV, « L'âme du vin ».
2 Tout cela ne vaut pas, ô bouteille profonde,
Les baumes pénétrants que ta panse féconde
Garde au cœur altéré du poëte pieux (…)
Baudelaire, les Fleurs du mal, CVII, « Le vin du solitaire ».
3 (…) si, au théâtre, l'on nous sert des poulets de carton et des bouteilles de bois tourné, nous nous précautionnons, pour la vie ordinaire, de mets plus substantiels.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, p. 35.
4 Les dix flacons avaient été religieusement vidés, et le Pédant renversa le dernier, en faisant rubis sur l'ongle; ce geste fut compris par le Matamore, qui descendit à la charrette chercher d'autres bouteilles.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, p. 50.
5 Celle (la goutte) qui reste toujours au goulot de la bouteille ! Tu n'as pas encore saisi le coup pour la rattraper. Ce n'est pourtant pas sorcier (…) ! Tu verses en faisant un quart de tour, puis, avec le bouchon, tu remets la goutte dans le goulot.
M. Pagnol, Marius, I, 3.
6 (…) je n'imagine pas Arlette versant du poison dans la bouteille de médicament.
G. Simenon, Maigret et la vieille dame, p. 48.
7 Sans rien dire, elle emplit le verre jusqu'au bord. Puis elle quitte de nouveau la pièce. La bouteille est un litre ordinaire en verre incolore, à demi pleine d'un vin rouge de teinte foncée (…)
A. Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, p. 65.
tableau Noms de récipients.
Loc. fig. Régional (Belgique). Mettre qqn en bouteille, se moquer de lui. → En boîte.
(1839, Balzac, in D. D. L.). Par appos. || Vert bouteille : couleur vert jaune assez sombre (de certaines bouteilles en verre). || Tissu vert bouteille. || Boiseries vert bouteille (→ Suer, cit. 9).
tableau Désignations de couleurs.
Bouteille à la mer : bouteille enfermant un message, jetée à la mer par les marins naufragés dans l'espoir qu'elle flottera jusqu'à un navire ou un lieu habité (la Bouteille à la mer, titre d'un poème de Vigny, où un Capitaine, qui sait qu'il va se perdre en mer, confie son journal à une bouteille; symbole de l'œuvre que « Dieu prendra du doigt pour la conduire au port »). || Lancer une bouteille à la mer.
8 (…) est-ce que tu comprends bien que tout ceci vers toi n'était, n'est qu'une bouteille à la mer, et il n'y a pas la plus petite chance que le flot l'emporte à tes pieds, elle va se perdre ou tomber aux mains d'un enfant aveugle (…) les phrases défaites comme des chevelures, les syntaxes brisées, la chanson morte (…) tout n'est qu'une bout' à la m' (…) L'obsession chez moi de ce concept, dans mes pensées, est si grande que cela vient de m'échapper sous la forme secrète que je lui donne pour moi seul. J'ai dit bout' à la m'… et parfois l'écriture en varie à ce lieu de passage où la conscience se forme en prenant air de langage. Orthographe même, variable d'ailleurs, boute-à-l'âme comme d'un vieux mot français pour la solitude des marins, peut-être un parler de boucanier; ou bien c'est encore d'un seul mot boutalame, où la mer peut-être le cède à la lame (…)
Aragon, Blanche…, III, I, p. 373-374.
Fig. Fam. C'est la bouteille à l'encre, une question, une situation confuse, embrouillée, obscure. || C'est la bouteille à l'encre, nous n'en sortirons pas ! (→ Affirmer, cit. 4).
9 Nous sortons d'on ne sait quoi : la Raison n'est que douteuse. J'ajouterai, pour être franc, que la Mort m'étonne encore plus que sa triste Sœur; c'est, vraiment, la bouteille à l'encre !…
Villiers de L'Isle-Adam, Tribulat Bonhomet, p. 45.
10 Cette affaire-là, jusqu'ici, c'est la bouteille à l'encre. Je ne dis pas que d'un côté comme de l'autre il n'y ait à cacher d'assez vilaines turpitudes. Que même certains protecteurs plus ou moins désintéressés de votre client puissent avoir de bonnes intentions, je ne prétends pas le contraire.
Proust, le Côté de Guermantes, Folio, t. I, p. 294.
Loc. Laisser sa raison, ses sens au fond d'une, de la bouteille. Enivrer (s').
Ce vin a cinq ans de bouteille. || Vin qui prend de la bouteille, qui vieillit en bouteille.Fig. Une amitié qui comptait vingt ans de bouteille, d'âge, d'ancienneté (Balzac, in G. L. L. F.). — ☑ Prendre de la bouteille : acquérir de l'expérience, de la maturité en vieillissant.Par ext. Vieillir.
N'avoir rien vu que par le trou d'une bouteille : avoir l'esprit borné ou peu cultivé.
Par métonymie. Contenu d'une bouteille. || Toute la bouteille d'huile s'est répandue par terre.Spécialt (vin, alcool). || Boire, payer une bouteille. (fam.) Boutanche, kil, pot, 2. rouille; → Pomper, cit. 4. || Une bouteille de rouge. || Une bouteille de champagne. Roteuse (à Roteur, 2.). || Vider une bouteille. || Casser, tordre le cou à une bouteille. || Coucher, étouffer une bouteille. || Rafraîchir, chambrer une bouteille. || Laisser vieillir une bouteille. || Une bonne bouteille. || Une bouteille millésimée. || Décanter une bouteille de bordeaux dans une carafe. — ☑ Aimer, cultiver la bouteille (fam.) : s'adonner à la boisson.
Vieilli. Payer bouteille (à qqn) : payer une bouteille de vin au café.
Régional (Wallonie). « Médicament liquide à absorber ou à appliquer » (Hanse). || Une bouteille pour les rhumatismes.
Vx. Maison de bouteille : petit pied-à-terre à la campagne. Vide-bouteille.
Loc. La dive bouteille.
2 Récipient métallique destiné à contenir un liquide à température et à pression constante, un gaz sous pression.Contenu de cette bouteille. || Bouteille d'air comprimé, d'oxygène.
Bouteille isolante, et, cour., bouteille thermos : bouteille à deux parois réfléchissantes entre lesquelles on a fait le vide (vase de Dewar) et qui conserve au contenu sa température primitive.
(1835). || Bouteille de Leyde : condensateur électrique. || Grande bouteille de Leyde. Jarre (électrique).
Bouteille optique : appareil qui permet de réaliser des expériences sur un seul atome, rendu visible par l'action de faisceaux laser.
Bouteille à neutrons : récipient de cuivre ou de verre pour le stockage des neutrons très lents.Par anal. || Bouteille magnétique : champ magnétique clos permettant d'emmagasiner des neutrons très lents pendant une période notable (env. 45 minutes).
3 N. f. pl. (1690). Mar. Water-closet des officiers (« Expression encore en usage », Gruss).
DÉR. Boutanche, bouteiller, bouteillerie. — V. Bouteillon.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bouteille — BOUTEILLE. s. f. Vaisseau à large ventre et à cou étroit et long, fait de de terre, ou de verre, ou de cuir, et propre à contenir de l eau, du vin, et autres liqueurs. Bouteille de verre. Bouteille de terre. Bouteille ronde, carrée, plate.… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bouteille — BOUTEILLE. s. f. Vaisseau de capacité mediocre, à large ventre & à col estroit, fait de terre, de verre, de cuir &c. propre pour mettre de l eau, du vin, & autres liqueurs. Bouteille de verre, de terre. bouteille ronde, quarrée, plate. bouteille… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bouteille — Bouteille, Ampulla, Lagena. Les Hebrieux appellent une bouteille Bacbuc, et semble que Bacbuc et bouteille soient nomina ficta a sono quem edit lagena quando depletur inuersa. Bouteille ou bouillon qui s esleve sur l eau, principalement quand il… …   Thresor de la langue françoyse

  • Bouteille — (französisch: Flasche) ist eine seit der zweiten Hälfte des 20. Jahrhunderts in Österreich gebräuchliche Bezeichnung für eine schlanke 0,7 l Weinflasche. Nach Einführung der EU Normflasche von 0,75 l wird dieser Begriff auch für Normflaschen… …   Deutsch Wikipedia

  • Bouteille — Sf Flasche per. Wortschatz arch. (17. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. bouteille, dieses aus ml. buticula, einem Diminutivum zu ml. but(t)is Faß . Die Herkunft des lateinischen Grundworts ist umstritten.    Ebenso nndl. bottelen Flaschen… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Bouteille — Le nom est surtout porté dans le Tarn (variante Bouteilles) et dans la Loire. Contrairement à ce que l on pourrait croire, il ne désigne pas un fabricant de bouteilles, sauf quelques exceptions toujours possibles, mais celui qui est originaire d… …   Noms de famille

  • Bouteille — (fr., spr. Butellj) 1) Flasche, s. d.; 2) Maß in Amsterdam, so v.w. Mengel …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bouteille — (franz., spr. butäj , butéllje), Flasche …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bouteille — (frz., spr. butéj), Flasche …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Bouteille — Bouteille,die:⇨Flasche(1) …   Das Wörterbuch der Synonyme